Principaux monuments

 Le lavoir1 Le Lavoir

Le lavoir de Ménerbes a été construit en 1908, accolé à la fontaine publique du village pour l’abreuvage des bêtes de somme. Il est protégé par un toit posé sur six piliers carrés et comporte deux bassins bout à bout, bordés de pierres de lavage. Au centre, la cloison qui sépare les deux bassins supporte un anneau de fer dans lequel passait autrefois une longue poutre cylindrique servant à poser le linge mouillé, savonné ou rincé. Autrefois, de petits foyers permettaient de chauffer l’eau dans les lessiveuses.

Lieu convivial, ce lavoir public fut longtemps utilisé par les villageois. Aujourd’hui encore il reste un lieu de rendez-vous et de rencontres.

 

2 Hotel Girardet de CastelasHôtel Girardet de Castelas

Maison fortifiée du XVIIe siècle appartenant à une famille de Ménerbes récemment anoblie, Girardet de Castelas. Sébastien, premier du nom, occupa la fonction de viguier (officier de justice) à Ménerbes en 1685. Située au départ de la route de Bonnieux, la demeure était intégrée à la Bourgade Saint-Estève créée au XVIe siècle. De l’autre côté de la rue, un hôtel particulier appartenant à Richard Constance canalisait le visiteur vers la porte de l’Orme, aujourd’hui disparue.

On remarquera en façade la tourelle d’escalier munie de plusieurs bouches-à-feu. Le rez-de-chaussée abrita un relais de poste au XVIIe siècle, puis un moulin à huile ainsi qu’une fabrique de soie au XIXe siècle. Les sieurs Girardet obtinrent la faveur de bénéficier des eaux issues de la fontaine publique de la place de l’Orme pour faire fonctionner leurs fabriques. En 1735, une nouvelle fontaine publique couverte fut installée dans leur cour d’habitation, en bordure du chemin du Réalet, aujourd’hui appelé rue de la Fontaine. Son arche voûtée est encore visible.

3 Maison Dora Maar Maison Dora Maar

Cet hôtel particulier du XVIIIe siècle appartenait à Charles-François de Ferres, descendant de maîtres verriers italiens installés à Goult au milieu du XVe siècle. Cette résidence a appartenu par la suite au Général Robert (1772- 1831), baron d’empire qui se couvrit de gloire à Tortosa pendant les guerres de Napoléon en Espagne. Il fut nommé gouverneur de cette ville en 1813. En 1825, pour sa retraite, il revint vivre dans son village natal, Ménerbes, où il mourut le 16 juin 1831. Il est enterré dans le caveau de famille qui se situe dans le jardin de l’ancien Presbytère.

L’élégant hôtel particulier contient à l’arrière d’anciens aménagements rupestres renvoyant à une date d’occupation ancienne. Dans les jardins dominés par le rocher taillé, puits et bassins démontrent la présence de l’eau, essentielle aux rites religieux, dans ce quartier connu pour avoir hébergé anciennement une petite communauté juive.

Dora Maar (Henriette Theodora Markovitch), artiste photographe qui fut pendant plusieurs années la compagne de Picasso, a acheté cette maison en 1944 avec le produit de la vente d’un tableau offert par le peintre espagnol. Jusqu’à sa disparition en 1997, elle y séjournait chaque été et y dessinait et peignait les paysages environnants.

De nos jours, la maison est une propriété privée destinée à accueillir en résidence des artistes et écrivains du monde entier.

4 Hotel de TingryHôtel de Tingry

Cette élégante demeure du XVIIIe siècle fut construite par Joseph Balthazard des Laurents. Elle est dotée d’un très beau porche et sa cour était autrefois caladée avec les galets de la Durance.

La famille des Laurents, d’origine piémontaise, s’était fixée dès le début du XVIe siècle dans un hôtel particulier, Plan de Lunel, à Avignon. Famille puissante et influente d’Avignon, elle avait fait de l’hôtel de Tingry sa résidence campagnarde. La dernière héritière fut Eléonore Pulchérie des Laurents, épouse de Charles François Christian Montmorency- Luxembourg, prince de Tingry, qui donna son nom à cet hôtel particulier.

De 1781 à 1789, la princesse de Tingry donna asile au comte de Rantzau, capitaine des gardes du roi du Danemark, Christian VII. Le comte avait fui le Danemark pour avoir participé à un complot contre la reine Caroline Mathilde. Son tombeau se trouve dans le jardin de la Citadelle.

5 La CitadelleLa Citadelle

La Citadelle fut construite après le siège de Ménerbes (1573-1578, cf article sur l’ancienne prison) afin d’abriter une garnison d’hommes d’armes italiens pour assurer la protection permanente du village. Le premier gouverneur, Francisco Ricciardi, fut nommé par le pape Clément VIII en 1594. Ce dispositif perdurera jusqu’en 1791.

Deux tours latérales relient le monument au rempart. Une première tour ronde à droite du portail est liée au corps principal. De l’autre côté, c’est une échauguette qui achève une galerie de circulation et qui surplombe la rue conduisant au Portail Neuf (construit en 1751 et aujourd’hui disparu). Dans la façade principale, le portail d’entrée était surmonté à l’origine d’une bretèche portée par des corbeaux. Au-dessus du portail, une sculpture représente la pesée des âmes.

Au XVIIe siècle, la Citadelle était une « ville dans la ville », avec son four à pain et ses importantes réserves de vivres et matériel pour faire face à un siège éventuel, la menace huguenote perdurant jusque dans les années 1680. Tout le nécessaire (bois de chauffage, avoine pour les chevaux, farine) était fourni par les habitants au frais de la communauté de Ménerbes qui versait aussi les salaires ou «fastigages» des soldats et du gouverneur.

 

Copyright (c) 2020-Ménerbes Patrimoine